Cyrinne.com | Traumatisme : comment retrouver les bénéfices du stress?
17324
post-template-default,single,single-post,postid-17324,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-9.1.2,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12,vc_responsive

Traumatisme : comment retrouver les bénéfices du stress?

15 Avr Traumatisme : comment retrouver les bénéfices du stress?

Dans quelle mesure pensez-vous que le stress affecte négativement votre vie ?

Les médecins nous disent que 75 à 90% des consultations sont liées au stress.

Pourtant les recherches sur le stress démontrent qu’il n’est pas toxique. Il est même indispensable à notre épanouissement et à notre croissance.

Que croire et comment s’y retrouver ? J’ai préparé pour vous cette vidéo sur le sujet. Cliquez sur l’image ci-dessus pour démarrer.

Laissez-moi un commentaire sous la vidéo car j’en prépare d’autres sur le stress et le traumatisme.

J’aimerais beaucoup connaître votre avis. Merci !

Cyrinne

Références bibliographiques : téléchargez le PDF en cliquant ici.  

13 Commentaires
  • JSD
    Publié le 14:33h, 26 juin Répondre

    Bonjour Cyrinne. Je ne suis vraiment pas sortie de mes moments d’angoisse parfois insupportables. Je suis en dent de scie.
    Si comme aujourd’hui, au matin, au réveil,mes muscles ne répondaient plus tant je me sentais comme une barre de fer. Difficulté à bouger, sciatique, douleurs, etc… Je m’étire, fait mon Qi Gong, bain chaud, rien à faire la douleur est persistante au point fonctionner normalement, la mémoire, les choses mal faites, pas dans le moment présent. La douleur a le dessus. Et là,vient le côté subjectif, les pensées négatives, vais-je guérir, serais-je bien un jour sans douleur, pouvoir goûter à mon bonheur comme je le ressens parfois dans certains moments d’enthousiasme. Enfin, j’ai retenu, »monde de fonctionnement et ton explication » je crois que quand la peur s’y met, mon raisonnement n’est plus objectif… Alors voilà, je continue, parce que je suis persévérante même si ces crises de douleurs m’amènent dans des pleurs, peurs et découragement. Je rebondis! Merci encore chère Cyrinne.

  • Daniel
    Publié le 10:28h, 05 juin Répondre

    Avec un peu de délai, j’indique que cette vidéo me laisse perplexe. La principale raison est que je ne comprends pas comment imaginer des mesures (sous-entendant une unité étalon), donc quantitatives, du « stress » et des « performances », et qui aboutiraient à une courbe en « U inversé » (plutôt qu’une autre forme telle qu’en cloche ou gaussienne,…). Je me demande d’où ça sort autrement que d’un chapeau de magicien. Certaines personnes évoquent par ailleurs un bon et un mauvais stress.. J’imagine aussi ce qu’est le surmenage, ou le manque de motivation.

  • Sylvette
    Publié le 11:46h, 29 avril Répondre

    Merci Cyrinne,

    Je gere le stress en alternant situation stressante a la maison (1 semaine) et situation relaxante et d’espace personnel dans un petit hotel (1 semaine) et ceci jusqu’a ce que je sois en mesure de quitter tout cela, dans un an et demi.
    Merci de nous montrer que le stress quand on le gere au mieux est une condition de croissance. C’est si bon qu’une personne comme vous, Cyrinne, nous le dise. Une personne Docteure en neuroscience. C’est du serieux … et pour moi, c’est une grande source de joie de me le voir reveler dans vos videos car ce n’est pas ce qu’on entend autour de nous malheureusement.

  • Sylvette
    Publié le 11:46h, 29 avril Répondre

    Merci Cyrinne,

    Je gere le stress en alternant situation stressante a la maison (1 semaine) et situation relaxante et d’espace personnel dans un petit hotel (1 semaine) et ceci jusqu’a ce que je sois en mesure de quitter tout cela, dans un an et demi.
    Merci de nous montrer que le stress quand on le gere au mieux est une condition de croissance. C’est si bon qu’une personne comme vous, Cyrinne, nous le dise. Une personne Docteure en neuroscience. C’est du serieux … et pour moi, c’est une grande source de joie de me le voir reveler dans vos videos car ce n’est pas ce qu’on entend autour de nous malheureusement.

  • MF
    Publié le 09:47h, 20 avril Répondre

    J’attends avec impatience la prochaine vidéo, pour comprendre les processus neurologiques et ce basculement d’un état à l’autre, en espérant que se glisseront aussi quelques conseils pour apprendre à « repasser en mode cool » où il possible de reprendre le contrôle (et de gérer son stress).
    En tant que cadre, dans un rôle de Manager pour une équipe, cette vidéo est très pertinente, car favorisant la compréhension des parcours individuels, auxquels il est indispensable d’être vigilant, notamment dans une logique de prévention des Risques Psycho-Sociaux.
    Grâce à vos premières vidéos découvertes il y a un peu plus d’un an, j’ai recherché un professionnel formé à la Somatic-Expériencing (SE). J’effectue depuis une rééducation très bénéfique, Je comprends bien que je suis victime comme « Michel » d’une difficulté à gérer mon stress, du fait d’un passé ayant laissé des traumatismes … Depuis quelques semaines, grâce à tout ce travail, je découvre un état de détente intérieure qui me permettra sûrement de revenir dans cette zone où le stress est « source de croissance ». Sans votre approche, je n’aurais jamais découvert la SE et tous ces bénéfices qui sont un outil quotidien concret pour me reconstruire, après un Burn-out, lié à un stress justement trop élevé depuis trop longtemps. …
    Je vous suis très reconnaissant ; surtout continuez ! Encore merci à vous …
    MF

  • Anne Laure
    Publié le 09:23h, 17 avril Répondre

    Merci, merci pour tes explications claires nettes et précises,

    Pour mon cas je vivais avec le stress au travers du sport et des montées d’adrénalines. jusqu’au jour ou j’ai perçu la « mort » plusieurs fois à répétitions avec une incapacité d’apaisement (épuisement physique, manque de repères habituels me trouvant à l’étranger, sensations de fragilité), ce qui fut la goutte qui fit débordé le verre déjà bien plein (expériences fœtal, enfance avec perceptions d’insécurités, …. ). Envahie par ce stress je fus incapable de me sortir de cet état pour pouvoir me projeter différemment. Je n’étais que dans l’action qui induisait la réaction d’impuissance à toutes mes tentatives de sortie, car tant que j’étais inconsciente de mes fonctionnements, je ne faisais que réactiver mes réactions d’impuissance. Je pense que ma façon de vivre avec le sport me faisait chercher des solutions à mes stress post traumatiques, jusqu’au jour ou j’ai dépassée mes limites du supportable.
    Aujourd’hui je me remets en vie me confrontant à mes peurs (bon stress) sans nourrir ma perception d’impuissance. Je nourris mes capacités et non mes incapacités ce qui nourrit ma perception de confiance en moi.

  • Françoise
    Publié le 04:51h, 17 avril Répondre

    Bonjour et merci Cyrinne ! Pour ma part, je suis souvent stressée mais ce qui a changé depuis un an, c’est que j’accepte ces moments, je ne me blâme plus. Je me les précise et les accueille puis je pratique des exercices respiratoires, de la méditation.
    Je reste le plus possible en contact avec la nature et m’entoure de personnes positives..
    J’ai la chance de vivre en Haute-Savoie, dans une région magnifique !

  • Chris
    Publié le 14:55h, 16 avril Répondre

    En période de stress je m’isole dans la nature, j’évite le bruit, la foule, la ville, j’écoute des vidéos comme les vôtres, je m’entoure d’amis positifs. Voila mes solutions. Quand je suis proche du surmenage seuls la solitude et le silence m’aident à me rééquilibrer. Telle est mon expérience. Bravo pour vos vidéos claires, bien ciblées et à la portée de tous. MERCI !

  • chahrazed
    Publié le 10:07h, 16 avril Répondre

    Merci cyrinne ,on ne peut plus clair,c’est vrais que quand on accumulé un surplus de stress on devient hyper sensible hyper émotive et qu’on somatise mais bon on essaie de surmonter chacun à sa façon,personnellement le yoga et l’eft m’ont bcp aidé des fois il y a des débordements mais quand on est dans l’incompétence consciente c’est déjà un grand pas parce qu’on est à l’affut de tous les outils pour nous améliorer,

    • Racha
      Publié le 08:26h, 22 avril Répondre

      j’adore l’expression « incompétence consciente » que vous utilisez
      ç a produit une résonance en moi, dans la mesure ou dans une situation de stress, tans qu’on est dans la capacité de vivre sa propre subjectivité, et en l’occurence sa propre perception des choses. Et si en plus on est conscient de nos filtres et de nos limites qui déterminent cette façon de voir….alors on est plus en confiance….et on ne peut qu’à être rassuré qu’on est dans la bonne voie…

  • Celena
    Publié le 09:55h, 16 avril Répondre

    Bonjour et merci beaucoup pour vos vidéos. J’aimerais beaucoup en savoir plus sur la réaction de fuite à la fois chez l’adolescent (à l’âge de la « crise ») et chez l’adulte suite à un ou des traumatismes. Je parle ici de la boucle qui enferme dans des choix de fuites systématiques, quelque soit l’obstacle rencontré. Surtout quand cela devient un mode de fonctionnement non conscient.

  • v
    Publié le 08:15h, 16 avril Répondre

    Bonjour Cyrinne,
    Je suis une personnes très angoissée, et j’ai passé des moments difficiles, j’ai fait des crises de spasmophilies, et j’avoue que j’ai été très mal, mais je crois qu’il faut vraiment dire NON à l’angoisse,, elle doit pas entrer dans notre vie comme ça, j’ai bien sûr été aider, mais j’ai vraiment souffert, c’est le corps surtout, et pourquoi ? J’ai bien sûr m’auto analyser, et j’ai cherché, la jeunesse on a toujours des moments, où les parents inconsciemment nous disent des paroles difficiles, et en vieillissant l’émotion enfouie resurgit, dans un premier temps, j’ai cru que j’allais être hospitalisée, surtout des secousses musculaires, intenables, j’ai pu trouver avec un accompagnement, on m’a aidé à faire des graduations de mes journées,, j’ai compris une ou deux traumatismes, qui ressurgissent et bien sûr ça nous ramène à la cause. Comme dit le Docteur ANDRE, ne pas obéir à l’angoisse ce stress épouvantable, donc, j’essaie de jour en jour d’évoluer dans ce sens. Sachant que le stress est quelque chose que tout le monde doit avoir, c’est la vie, mais lorsqu’elle est là toujours présente, là je crois qu’il faut tirer la sonne d’alarme, c’est fatigant, ça peut être dangereux car je pouvais tomber dans les pommes, une peur que je comprenait pas. Mais elle a l’air de se stopper, j’espère, je crois que le tourbillon de la vie nous aide pas. Il faut se battre, et comprendre, mais pas évident, un mal pour un mieux ? à savoir ?
    CORDIALEMENT CYRINNE

  • Catsie3
    Publié le 03:18h, 16 avril Répondre

    Bonjour Cyrinne,
    J’adore tes vidéos, merci !!! Je les regarde toutes…J’aime aussi beaucoup le livre de Gabor Maté « Quand le corps dit non », ça a été une vraie révélation pour moi. J’ai 62 ans maintenant et j’ai appris à apprivoiser le stress en partie; Je sais reconnaître les moments où il va me faire « perdre les pédales » et là je reste bien tranquille pour laisser passer l’orage et ainsi ça passe beaucoup plus vite. Le stress me donne des crises d’hypoglycémie si je m’affole, donc je fais tout pour rester le plus calme possible.. J’ai vécu un gros orage émotionnel il y a 20 ans et depuis je suis plus fragile aux effets du stress. Je m’en suis remise seule car à l’époque il n’y avait rien sur le sujet, mais j’ai eu la chance d’avoir instinctivement une confiance inébranlable dans le fait que je me remettrais progressivement, mais qu’il fallait du temps. Du coup ma mémoire est revenue en grande partie, et peu à peu j’ai pu avoir de nouveau une vie normale, tout en prenant grand soin d’éviter toute cause d’orage émotionnel possible. J’ai aussi choisi de rompre carrément avec des proches, les relations avec eux me tourmentaient trop. Après il y a des moments où le stress m’aide à agir. J’ai tendance à procrastiner un peu, car quand je ne peux plus éviter d’agir le stress me donne un coup de fouet salutaire et l’énergie nécessaire pour faire ce qu’il faut.

Écrire un commentaire