15 Déc Transe familiale : Comment être pleinement soi-même?

Appréhendez-vous les rencontres familiales et les fêtes de fin d’année à cause de certaines dynamiques relationnelles difficiles à changer ?

La fin d’année est une période de stress intense pour beaucoup de personnes. Une étude de la fondation américaine pour la santé mentale (Mental Health America) révèle que 65% du stress de fin d’année est lié aux relations avec la famille et la belle-famille.

Aimeriez-vous, vous aussi, vivre plus sereinement certaines situations familiales, en vous sentant pleinement vous-même ?

Vous le savez désormais, j’ai à coeur de vous soutenir dans votre cheminement personnel. Or, souvent, un problème sans solution est un problème mal posé (A. Einstein).

Pour ce qui est des difficultés relationnelles familiales, une grande part du problème et de la solution tient en deux mots : transe familiale.

Je vous en parle dans cette vidéo. Cliquez dessus pour démarrer.

La bonne nouvelles est ici : dès lors que vous savez que la cause de vos difficultés est à l’intérieur de vous, vous êtes davantage en mesure de reprendre le pouvoir de votre état intérieur et de votre expressivité…

Partageons nos ressources et nos expérience pour nous enrichir et nous soutenir mutuellement :

Laissez un commentaire dans lequel vous exprimez votre perspective ! Je ne peux vous répondre individuellement si je veux continuer à produire des vidéo et du contenu pour vous… Néanmoins je vous lis avec grand intérêt et gratitude.

Merci et à bientôt !

Cyrinne

22 Commentaires
  • Guy
    Publié le 20:43h, 11 janvier Répondre

    Bonsoir Cyrinne,

    Pour me libérer de ces trans, je me suis résonner intérieurement :

    – Je suis tel que je suis et je n’ai pas à me soucier de ce que les autres pensent de moi.
    – Ma personnalité unique est un trésor à découvrir pour les autres.
    – On se sent sent tellement mieux lorsque l’on est au naturel sans masque.
    – Si les autres ne veulent pas m’accepter tel que je suis, et bien ils ratent une très bonne occasion de découvrir tous les talents que je possède.
    – Lorsque l’on est au naturel, cela aide aussi les autres à être naturel et le changement s’opère à l’instant.

    Voilà

    Jacques

  • mc
    Publié le 10:13h, 18 décembre Répondre

    Merci Cyrinne d’avoir abordé ce sujet difficile surtout en ces temps de fête. Me libérer de la transe familiale a été pour moi le travail de presque toute une vie… Et ce qui a été « définitif », c’est que récemment je me suis rendue compte qu’il y a des endroits où je ne suis pas libre d’être moi. Parmi ces endroits c’est en famille où je ne me sens pas libre du tout. Je suis en train de rectifier la situation car ayant pris conscience de ce problème j’ai décidé de rester connectée avec moi et d’oser demander ou oser « être » ce que je n’oser pas de peur de faire du remous (des vagues) : je restais dans mon coin, dans l’attente qu’on veuille bien voir que j’existe (et naturellement personne ne me voyait, ni partageait avec moi), Donc, j’ai décidé de me respecter. Et cela est en train de changer… (En fait, j’ai été mise au ban de ma famille et la situation est en train de changer en ma faveur…)

    e me e m’apercevrai une certaine timidité, je ferai comme l’acteur et je demanderai les choses. .

  • Françoise-Irène
    Publié le 15:22h, 17 décembre Répondre

    Merci pour cette vidéo très instructive. Depuis très longtemps je ne souhaite plus passer ces moments de fêtes en famille.
    J’ai de très mauvais souvenirs de disputes de mes frères et soeurs et moi comme j’étais la petite dernière, je n’avais rien à dire.
    Notre famille s’est éclatée au décès de mes parents et quand j’ai l’occasion de retrouver ma famille je me rends compte à quel point tout le monde a morflé!! Avec fratrie nous ne nous voyons que très rarement ( pour les enterrements…. j’ai envie de rire, mais c’est tellement vrai!)
    J’ai essayé de vivre avec mes enfants ces moments de fête le plus agréablement possible pour qu’ils de bons souvenirs….

    Nous sommes souvent invités du coté de ma belle famille, mais même s’ils sont très gentils, agréables, j’y vais toujours en traînant les pieds et j’ai usé toutes sortes de stratagèmes pour ne pas y aller, comme travailler exprès ces jours là, ,ou
    raconter consciemment des mensonges genre gastro, grippe,(comme tout le monde en a peur!), je n’ai jamais pu être honnête avec eux.
    En conclusion, les fêtes et les regroupements familiaux me contrarient et je déteste ces moments là!
    J’apprécie de retrouver les miens mais pas pendant les fêtes.

  • Ronny
    Publié le 11:58h, 17 décembre Répondre

    Merci Cyrinne pour cet autre vidéo très instructif à la veille des fêtes, moment que je vis effectivement avec une certaine appréhension et qui me demande toujours certains efforts. Merci de nous rappeler d’y mettre de la conscience vs tout les comportements automatiques qui se sont développés au fil des décennies. Il y a matière à beaucoup de réflexions suite à ce vidéo.
    Merci aussi de nous rappeler que ce n’est pas que dans les familles qu’on peut vivre une transe mais aussi au travail et j’ajouterais dans tout les groupes d’appartenances: spirituel, religieux, politique etc. Passez tous un bon temps des fêtes avec autant d’authenticité qu’il sera possible de vivre et ma suggestion qui nous aide nous, c’est qu’il y ait des moments pour « jouer » peu importe les jeux, ca allège l’atmosphère et ajoute du plaisir. xx

  • Isabelle
    Publié le 04:55h, 17 décembre Répondre

    Bonjour,
    J’apprécie toujours autant vos vidéos qui m’aident à me mettre au clair.
    Je vis « en transe » vis à vis de ma famille d’origine depuis des années. J’aimerais avoir les clés pour sortir positivement de cet état. Vous parlez de groupe de soutien, mais ou trouver ces groupes de soutien ?. Pour l’instant je n’ai pas trouvé de solution que se soit dans l’aide d’un psychologue ou d’un thérapeute.
    J’ai passé les deux derniers Noël en famille dans un grand état de stress, cette année j’attends la dernière minute pour me décider.
    Isabelle

  • Kathy
    Publié le 03:03h, 17 décembre Répondre

    Bonjour Cyrinne, La fuite et l’éloignement ont souvent été ma solution pour éviter de tomber dans l’enfermement des relations familiales. C’est très difficile d’en sortir car les automatismes sont ancrés très profondément. La reproduction des schémas sur ma propre famille a aussi fait des dommages que j’essaie maintenant de réparer. Il faut beaucoup d’années pour explorer ses profondeurs et ses souffrances et en sortir apaisée. Ton message est clair mais son application est difficile, la conscience est juste la première étape mais elle est essentielle. Je vais essayer de profiter de ces fêtes pour continuer à avancer dans la bonne direction et aussi apporter un côté plus lumineux à mes enfants. Cordialement.

  • Pascale BRUNEL Grenoble
    Publié le 16:48h, 16 décembre Répondre

    merci pour cette vidéo qui tombe à pic ! très instructif ! cela change mon regard qui a toujours tendance à noircir les dysfonctionnements et à occulter les réussites relationnelles familiales ! Cerveau pris en flagrant délit de texture velcro pour le moche et téflon pour le beau ! j’ai fait un beau Schéma heuristique de ta vidéo à me tatouer dans la cervelle afin de vivre pleinement, en présence et en conscience ,ces fêtes de fin d’année ….verdict le …. 2 janvier !

  • Chantal
    Publié le 16:39h, 16 décembre Répondre

    merci encore Cyrinne,

    très intéressant cette état de transe familiale ; j’ai traversé un processus somatopsychosociale qui a quand même duré 5 ans, et qui m’a aidé à me libérer de conditionnements familiaux aliénants ; cependant, retourner dans ma famille durant les fêtes me demande une rigueur de la pleine conscience et beaucoup d’accueil (comme tu le suggère) ; J’aime ta proposition de porter son regard sur les points positifs et nourrissants ;
    Passe une belle période des Fêtes !

    Chantal

  • Colette
    Publié le 10:36h, 16 décembre Répondre

    Toujours très claire et inspirante Cyrinne.
    Se libérer de la transe dysfonctionnelle amène parfois à passer les fêtes de fin d’année seul, même si ce n’est apparemment pas choisi,
    Pas facile non plus.
    Belles fêtes de fin d’année Cyrine, Je vous souhaite le meilleur .

  • deNayville Marie-Francoise
    Publié le 10:06h, 16 décembre Répondre

    16-12 merci Cyrinne..j’aime bien l’idée de voir l’aspect positif de notre famille même si elle fut dysfonctionnelle

    pour moi je pense aussi que tout dépend de l’état de l’âme..personnellement ma famille dysfonctionnelle m’a rendue boulimique mais c’est lié à la petite enfance où j’ai perdu ma maman et le remplacement n’a pas suivi..la graine est dans le tout début de ma vie..
    16-12

    ce que je peux dire c’est que tout ne vient pas de la famille mais de l’état intérieur dont on dispose à la naissance et après…dans un même contexte, deux personnes ne réagissent pas de la même façon suivant leurs empreintes intérieures dans l’âme, dans l’être…

    j’aime bien quand vous dites de ne pas critiquer juger, faire des reproches..surtout pas…et il ne faut pas juger le soi non plus..on fait au mieux avec ce que l’on est…non?

    Personnellement j’ai surtout des relations avec ma demi-soeur et mon demi-frère..le reste de la famille mes vraies soeurs, c’est le désert relationnel mais cela ne m’affecte pas beaucoup….ma vraie famille est plus ma famille spirituelle au raja yoga brahma kumaris…et puis de toute façon je suis quelqu’un qui a pas besoin de voir beaucoup de monde!! (rires)..merci pour tout

  • Sylvie Hugues
    Publié le 07:20h, 16 décembre Répondre

    Merci Cyrinne. La transe, ………Enfin un mot sur cet état dan lequel on plonge sans le savoir. ,…Avec cette nouvelle lecture, tu me donnes un outil

    Pour prendre du recul, avoir un nouveau regard sur ces réunions de fin d’année. …?…Très bonnes fêtes à toi. ..et à tous ceux. qui t écoutent

  • Chantal
    Publié le 06:17h, 16 décembre Répondre

    En disant à mon père, un simple mot qui veut dire beaucoup : « je t’aime ». Je lui ai pardonné son impuissance à m’avoir donné de l’affection, de la confiance dans mon enfance ; ce qui m’a empêché de me construire, d’avoir moi-même une famille. Ce jour là, on a beaucoup pleuré tous les deux sans rajouter de mots. Depuis, j’ai des relations avec mon père, d’adulte à adulte, j’ai grandi d’un seul coup ! Mon âge aujourd’hui m’empêche de fonder une famille. Mon regret, si j’en ai un, est de n’avoir pas pu lui pardonner plus tôt. Peu importe, je vis aujourd’hui de mieux en mieux. Merci Cyrinne pour vos vidéos qui m’aident à approfondir les grandes choses de la vie !

  • chrystelle
    Publié le 05:06h, 16 décembre Répondre

    Bonjour Cyrinne,
    Merci pour toutes ces vidéos, je vous adore, vos vidéos sont des révélations à chaque fois, des vraies prises de conscience ! et surtout elles viennent confirmer et mettre des mots sur des ressentis. Grâce à vous, je ne me dis plus sur certaines situations « mais non, c’est une vue de l’esprit ! ». Je conceptualise ce qui est.
    Je ne sais pas si véritablement vous lirez ce commentaire mais je me pose tout de même la question suivante : ok, j’ai bien conscience des transes familiales, ok le changement commence par moi et devrait faire évoluer mon environnement aussi, mais il y a aussi des comportements et habitudes tellement ancrées depuis toujours que la prise de conscience me semble avoir tout de même ces limites ou, créé un décalage avec les membres de la famille qui n’évolue pas de la même manière. Exemple : mon père a le coude qui se lève facilement quant à la boisson, ma mère contrôle depuis des années cela et lors de repas familiaux, mes soeurs et moi même avons répondu à cette injonction très indirecte de ma mère sur ce contrôle : nous limitons le nombre de bouteille sur la table, nous regardons du coin de l’oeil à combien de verre il en est, bref, nous avons mis en place tout un système de contrôle pour « maitriser » la situation. Bref, nous passons plus de temps à cela, plutôt qu’ a profiter de ces repas qui résultat des courses deviennent une charge. Ma mère est confortée et mon père est contrôlé, mais nous alors ? Comment faire autrement si on ne veut pas que les repas dégénèrent et si on veut continuer à se voir même si il n’y a au bout du compte aucun plaisir personnel !!! Je sais que vous n’apporterez pas de réponse mais bon, je continue ma quête pour me dédouaner de tout cela sans prendre malgré tout de distance avec ma famille. Nous avons été élevé dans une loyauté absolue !!!!
    Bonnes fêtes de fin d’année à tous !

  • Marino
    Publié le 19:22h, 15 décembre Répondre

    Bonsoir et merci Cyrinné. Pour moi toute réunion de famille est difficile depuis mon divorce que je n’ai pas demandé. Je vis en partie avec mon ami qui l’est devenu il y a 9 mois et demi. Je suis bien, même très bien avec lui mais je vis difficilement tout ce que j’imagine mes parents pensent de moi… de nous… je suis plus qu’acceptée chez les enfants de mon ami. Mais je ne sais ce que pensent ma famille de mon ami et comment ils l’acceptent. Ce soir mon fils m’a dit qu’il pense que mes parents veulent me voir seule… sans…. mon ami… Pourquoi ? Pourquoi çà ? Mes parents questionnenent mon fils quant à notre vie à mon ami et moi, j’en suis persuadée. Je suis handicapée et encore leur petite fille : ça a toujours été. Je souffre. Merci de m’avoir lue.

  • Anna
    Publié le 18:56h, 15 décembre Répondre

    Merci Cyrinne, cette description est très claire. Prendre conscience de mon enfermement dans un rôle a été un long chemin pour moi. Et, un processus de changement pour sortir de ce rôle a véritablement commencé lorsque je me suis mise à répertiorer tout ce qui m’avait plu ,tout ce que j’avais aimé en faisant le tour de mes 5 sens. Ce que j’avais aimé voir, entendre, toucher, goûter, sentir, …..Au début, peu de choses se montraient et même je ne trouvais rien pour certains sens. À force de persévérance jour après jour, la liste se remplissait. Toutes ces petites choses sortant de l’obscurité ont commencé, petit à petit, à colorer mes souvenirs et à transformer mon regard.

  • Muriel
    Publié le 18:34h, 15 décembre Répondre

    Merci Cyrinne pour cette video tres interressante .
    Comment pourriez vous définir le terme » » transe «  »familiale. Le mot transe me bloque .
    J ai bien compris ce que vous avez expliqué dans la video . Mais quel mot pourrais je utiliser a la plie de transe.
    Merci Cyrinne pour tout , c est un plaisir immense de vous ecouter
    Muriel

  • Alexandre
    Publié le 18:18h, 15 décembre Répondre

    Merci Cyrinne pour tes vidéos

  • agnès
    Publié le 18:16h, 15 décembre Répondre

    Merci J’ utilise de plus en plus souvent le « regard bienveillant authentique autant qu’il se peut sur moi et je vais m’exercer pendant les fêtes de famille qui arrivent

  • Françoise
    Publié le 17:30h, 15 décembre Répondre

    Merci Cyrinne pour ces conseils avisés à la veille des fêtes de Noël ! J’en profite pour vous souhaiter de belles fêtes telles que vous les appréciez.

  • Guiguitarelive
    Publié le 15:41h, 15 décembre Répondre

    Ah très intéressant! Cela met un mot sur bien des choses. Pour ma part, j’ai commencé à me libérer de la transe familiale, dont l`impact était tres négatif pour moi, en prenant conscience de cela. Mais cela n’a pas suffit, il me fallait poser une action. J’ai donc décidé, Noël dernier, que nous fêtons avec toute la grande famille, de faire un discours. Dans ce discours, je déclarer ma souffrance, que je me sentais étranger etc. Mais surtout, j’ai décidé d’ouvrir mon cœur en disant que ma famille était importante pour moi et que je les aimais. Comme dire ses sentiments ne fait pas parti de la norme familiale, cela en a secouer plus d’un et j’ai pu mesurer des changements dans les attitudes des membres de ma famille à mon égard. Bien que cela paraisse une action qui ne demande pas beaucoup d’énergie, j’ai ressenti un immense stress les jours précédant le discours, et j’ai du faire preuve d’un courage presque téméraire pour le faire. Pendant que je le disais, pour le coup, j’étais carrement en transe!! Voilou jspr inspirer qq personnes, car cela m’a vraiment libéré. Bien entendu, ce moment est venu clore un long processus, ça ne s’est pas fait du jour au lendemain. Merci Cyrinne pour tes vidéos pertinentes.

    • chrystelle
      Publié le 05:19h, 16 décembre Répondre

      Bonjour,
      Ton message est intéressant. Comment appréhendes-tu les fêtes cette année du coup ?
      cordialement,
      Chrystelle

    • Ronny
      Publié le 12:08h, 17 décembre Répondre

      Bravo à toi pour avoir fait ce « discours » je suis sur que ca a du être très libérateur. Plutôt que de subir, tu as passé à l’action pour dire ce que tu vivais. Bravo pour cette authenticité inspirante. Bon temps des fêtes.

Écrire un commentaire