02 Juin Pourquoi vous devez absolument vous occuper de vos blessures d’enfance?

Aujourd’hui, grâce aux neurosciences et à l’imagerie cérébrale, nous sommes en mesure de voir dans le cerveau des adultes, l’impact de certaines blessures d’enfance. Ces traces sont des modifications de structure et de fonctions des aires cérébrales impliquées dans la perception, les émotions, la prise de décision, la mémoire, etc.

C’est ainsi que nos expériences traumatiques de l’enfance façonnent un système nerveux qui continue parfois de fonctionner en « mode traumatique » à l’âge adulte.

Pour vivre pleinement votre vie, vous pouvez soigner ces blessures « neurologiques » qui affectent peut-être votre accomplissement ou votre qualité de vie. Voyez comment en regardant la vidéo.

Merci de me laisser un commentaire ci-dessous pour que je connaisse vos impressions et réactions !

Cyrinne

Lire l'article

01 Mai Comment votre cerveau « bascule » sous l’effet du stress?

Vous est-il jamais arrivé de retomber dans certaines habitudes que vous souhaitiez abandonner, et de vous en vouloir par la suite ?

Cessez de vous blâmer pour un supposé manque de volonté ou de discipline.

Il est possible que vous soyez simplement « victime » de ce processus neurobiologique : sous l’emprise du stress, le cerveau passe en mode automatique. Autrement dit, il prend les décisions à votre place et vous prive de votre libre arbitre.

Pour comprendre ce mécanisme et l’utiliser à votre avantage, cliquez sur la vidéo.

J’attends impatiemment vos commentaires ci-dessous.

Au plaisir de vous lire !

Cyrinne

Lire l'article

15 Avr Traumatisme : comment retrouver les bénéfices du stress?

Dans quelle mesure pensez-vous que le stress affecte négativement votre vie ?

Les médecins nous disent que 75 à 90% des consultations sont liées au stress.

Pourtant les recherches sur le stress démontrent qu’il n’est pas toxique. Il est même indispensable à notre épanouissement et à notre croissance.

Que croire et comment s’y retrouver ? J’ai préparé pour vous cette vidéo sur le sujet. Cliquez sur l’image ci-dessus pour démarrer.

Laissez-moi un commentaire sous la vidéo car j’en prépare d’autres sur le stress et le traumatisme.

J’aimerais beaucoup connaître votre avis. Merci !

Cyrinne

Références bibliographiques : téléchargez le PDF en cliquant ici.  

Lire l'article

14 Mar 5 signes de traumatisme amoureux

Le traumatisme amoureux induit malgré nos meilleures intentions un rapport inadéquat et souffrant à notre partenaire.

La lucidité, la capacité de se voir tel que l’on est, est indispensable à la guérison du traumatisme amoureux, qui ouvre la possibilité de croissance et d’épanouissement.

La bonne nouvelle c’est que la voie du corps est bien plus efficace pour guérir, qu’aucun processus rationnel ou cognitif.

Aujourd’hui, voici pour vous les 5 caractéristiques du traumatisme amoureux sur le plan individuel. Dans la vidéo ci-dessus , voyez comment le traumatisme affecte notre état intérieur et contamine notre mode de fonctionnement dans la relation amoureuse.

Cliquez sur l’image pour démarrer la vidéo.

Posez-moi vos questions sous la vidéo car je suis bien consciente qu’il manque des éléments de réponse pour qui est résolu à transmuter ses blessures en épanouissement amoureux.

Au plaisir de vous lire!

Cyrinne

Rappel:

Lire l'article

31 Jan Adopter une habitude constructive: 7 étapes pour réussir!

Connaissez-vous le plus sûr moyen d’influencer votre vie et d’accroître votre accomplissement présent et futur ?

Au risque de vous décevoir, je dois vous rappeler que le chemin de ceux qui réussissent ce qu’ils entreprennent et qui accomplissent leurs rêves est pavé de discipline… La discipline de questionner régulièrement leurs habitudes de vie pour adopter et consolider les habitudes qui conduiront effectivement à la réalisation de leur potentiel, de leurs projets, de leurs rêves, petits et grands.

Si ceci vous met en joie, je me réjouis avec vous car vous faites partie de ceux qui ont déjà compris l’importance de reprendre les rennes de sa vie, à travers des habitudes constructives.

Si au contraire, ce que je vous dit vous irrite ou vous ennuie, j’ai envie de vous inviter à vous ouvrir à une nouvelle perspective : celle de votre pouvoir personnel qui attend que vous le repreniez en main pour améliorer votre qualité de vie. Adopter des habitudes constructives est en soi très gratifiant lorsqu’on sait comment s’y prendre.

J’ai préparé pour vous cette nouvelle vidéo dans laquelle je vous propose un processus en sept étapes pour mettre en place une nouvelle habitude de vie.

Quelle habitude vous permettrait d’améliorer votre santé, votre état émotionnel, votre vie amoureuse, votre confort matériel, votre impact social, votre accomplissement professionnel ou créateur… Quelles stratégies vous ont permis d’atteindre vos buts dans le passé et comment pourriez-vous les appliquer aux nouveaux défis de votre vie ?

Faites-moi part de vos impressions et commentaires sous la vidéo. Même si je ne peux vous répondre individuellement par manque de temps, je lis tous vos messages afin de mieux vous connaître et mieux vous aider.

Merci et au plaisir de vous lire !

Cyrinne

Lire l'article

01 Jan Résolutions du nouvel an : échec généralisé et conditions de réussite

J’espère que vous ne prenez pas de « bonnes résolutions » en début d’année. Oui, vous avec bien lu… Laissez donc tomber les bonnes résolutions! La plupart du temps -dans 92% des cas plus précisément- les résolutions du nouvel an formulées début janvier sont abandonnées dans les jours ou les semaines suivantes.

Cet échec n’est pas anodin parce qu’année après année, il renforce l’incapacité à mettre en place des changements durables. La raison de cet échec est souvent liée à l’ignorance du processus de changement, à la sous-estimation de ce qu’une réelle transformation implique.

Pour amorcer positivement votre année, je vous encourage à laisser tomber l’éventuelle liste de bonnes résolutions, de prendre en main un seul changement, un seul, et de réussir à en faire une nouvelle habitude qui vous aide à transformer positivement votre qualité de vie.

Pour vous y aider, j’ai préparé pour vous cette vidéo.

Aidez-moi à vous connaître en partageant votre commentaire sous la vidéo. Je lis tous vos messages, même si je peux rarement y répondre individuellement. Je tiens compte de vos questions, de vos remarques et de vos centres d’intérêt pour continuer à mieux vous servir.

Bien cordialement,

Cyrinne

Lire l'article

15 Déc Transe familiale : Comment être pleinement soi-même?

Appréhendez-vous les rencontres familiales et les fêtes de fin d’année à cause de certaines dynamiques relationnelles difficiles à changer ?

La fin d’année est une période de stress intense pour beaucoup de personnes. Une étude de la fondation américaine pour la santé mentale (Mental Health America) révèle que 65% du stress de fin d’année est lié aux relations avec la famille et la belle-famille.

Aimeriez-vous, vous aussi, vivre plus sereinement certaines situations familiales, en vous sentant pleinement vous-même ?

Vous le savez désormais, j’ai à coeur de vous soutenir dans votre cheminement personnel. Or, souvent, un problème sans solution est un problème mal posé (A. Einstein).

Pour ce qui est des difficultés relationnelles familiales, une grande part du problème et de la solution tient en deux mots : transe familiale.

Je vous en parle dans cette vidéo. Cliquez dessus pour démarrer.

La bonne nouvelles est ici : dès lors que vous savez que la cause de vos difficultés est à l’intérieur de vous, vous êtes davantage en mesure de reprendre le pouvoir de votre état intérieur et de votre expressivité…

Partageons nos ressources et nos expérience pour nous enrichir et nous soutenir mutuellement :

Laissez un commentaire dans lequel vous exprimez votre perspective ! Je ne peux vous répondre individuellement si je veux continuer à produire des vidéo et du contenu pour vous… Néanmoins je vous lis avec grand intérêt et gratitude.

Merci et à bientôt !

Cyrinne

Lire l'article

01 Déc Que faire de l’héritage traumatique légué par vos ancêtres?

Il peut sembler incompréhensible, inacceptable ou inconcevable que nos ancêtres nous aient transmis, malgré eux et à notre insu, leurs pires traumatismes en même temps que la Vie et ses forces de résilience.

Et pourtant, les neurosciences et l’épigénétique nous le confirment : nous recevons tous une forme d’héritage traumatique transgénérationnel. Est-ce pour le pire ou pour le meilleur ? Cela dépend avant tout de ce que nous faisons de cet héritage.

Je vous propose une perspective dans cette vidéo. Cliquez dessus pour démarrer.

Et vous, qu’avez-vous fait de votre héritage et que transmettez-vous à votre tour ?

Partagez-le dans un commentaire ci-dessous !

J’ai bien hâte de vous lire,

Cyrinne

N.B. : j’ai fait une erreur en parlant de psychogennéagramme. Vous aurez peut-être corrigé par vous-même pour psychogénogramme… quoiqu’il serait probablement intéressant de croiser votre ennéagramme et votre psychogénogramme 😉

Lire l'article

15 Nov Comment lâcher prise sans laisser tomber?

Êtes-vous comme moi un peu/beaucoup choqué(e) de ces injonctions bienveillantes à lâcher prise?

Personnellement, je commence à développer une véritable allergie au lâcher prise.

Pourquoi ? Parce que trop souvent, lâcher prise rime avec laisser tomber!

Qu’il s’agisse d’une relation affective, d’un projet professionnel, de votre santé ou de votre rêve le plus fou, pourquoi devriez-vous abandonner ce qui pourrait donner tant de saveur à votre vie ?

Si vous êtes accroché(e) à quelque chose ou à quelqu’un, il doit bien y avoir une bonne raison!!

Pour ne pas jeter le bébé avec l’eau du bain, mieux vaut rester très centré sur votre objectif, identifier ce à quoi vous tenez vraiment et continuer d’y tenir fermement jusqu’au bout. Puis lâcher prise uniquement sur ce qui n’a pas d’importance, qui est inadapté ou qui est hors de votre contrôle en ce moment.

Je vos propose des outils très concrets dans cette vidéo (cliquez dessus pour démarrer).

J’aimerais beaucoup connaître vos secrets et méthodes pour « lâcher prise » efficacement, sans renoncement ni compromis !!
Partagez-les ci-dessous !!

 

Lire l'article

01 Nov Qu’est-ce qu’une « bonne » posture?

Quand vous étiez enfant, vos parents ou enseignants vous disaient-ils souvent : « Tiens-toi droit(e) !! » ? Et aujourd’hui, vous surprenez-vous parfois à vous répéter cette injonction, à vous redresser cinq, dix, quinze fois par jour… à chaque fois que vous prenez conscience de votre « mauvaise » posture?

Si la « bonne » posture existe vraiment, alors pourquoi ne restez-vous pas spontanément et naturellement dans cette « bonne » posture?

Je vous propose une première réponse dans la vidéo ci-dessus.

Les douleurs aigües ou chroniques liées à une mauvaise posture concernent 70% de la population globale. Les problèmes de posture et les douleurs qui en découlent sont la cause principale des dépenses en frais de santé.

S’il est scientifiquement prouvé que posture, personnalité et douleur sont étroitement corrélées, il est aussi vrai que la « bonne » posture n’est pas nécessairement celle que l’on croit : se tenir droit et ferme n’est pas la meilleure posture*

Depuis plus de seize ans, j’explore en conscience ma posture corporelle et je n’ai jamais cessé d’apprendre… Enrichie par ma pratique clinique et mes recherches théoriques, ma compréhension de ce qu’est une bonne ou une mauvaise posture a beaucoup évolué. Je vous partage aujourd’hui mon point de vue du moment sur la question « Qu’est-ce qu’une bonne posture ? ».

C’est avant tout une invitation à vous questionner sur vos habitudes de vie et leurs conséquences sur votre posture physique et psychique au quotidien, car les deux sont étroitement liées. Aussi, leurs effets sont cumulatifs et évolutifs : votre santé à venir dépend de votre « bonne » posture de chaque instant. Encore faut-il savoir ce qu’est réellement une bonne posture !!!

Partagez vos impressions et commentaires ci-dessous !

*Référence : Guimond, S., & Massrieh, W. (2012). Intricate correlation between body posture, personality trait and incidence of body pain: a cross-referential study report. PloS One, 7(5), e37450. http://doi.org/10.1371/journal.pone.0037450

Lire l'article