Vidéo 1

Trauma ≠ traumatisme

Vidéo 2

Caractéristiques du traumatisme

Vidéo 3

Pièges du traumatisme

Vidéo 4

Sortir du traumatisme

Vidéo 4. Neuf pistes pour sortir du traumatisme

 

Savoir reconnaître les pièges du traumatisme est nécessaire mais insuffisant ! La vraie guérison est le résultat d’habitudes nouvelles qui réactivent et maintiennent votre résilience. Pour vous y aider, découvrez neuf pistes pour rejoindre votre voie de croissance individuelle.

2 Commentaires
  • Mymy
    Publié le 16:05h, 25 juillet Répondre

    Vos vidéos sont absolument géniales, MERCI MERCI MERCI. J’ai dévalisé les rayons de la Fnac, peut-être que ça fait partie de mon mécanisme 😉 Surtout je me suis mise en mouvement, j’ai démarré une semaine dans un club de sport que j’adore avec yoga, pilates et un tas de découvertes. Je suis vigilante dans ma relation boulimique aux choses et dans mes dérives toxico, j’ai essayé de vivre à l’envie, c’était un plaisir, mais en rentrant d’un long voyage je me suis retrouvée en prise avec mes mécanismes, encore empêchée. Le chemin de découverte est passionnant, nous sommes des explorateurs, merci de partager votre expérience. Et j’ai besoin d’aide, je prends conscience de mes limites, ça fait un bien fou de m’ouvrir à la relation aux autres. J’ai hâte de vous rencontrer !

  • HVC
    Publié le 08:52h, 23 juin Répondre

    Bonjour Cyrinne,
    J’ai suivi attentivement les 4 vidéos et je vous remercie. Effectivement, la prise de conscience de traumatismes liés à des traumas répétés dans l’enfance est très douloureuse et crée un choc violent. J’ai fait cette expérience de sortir du déni il y a deux ans. Ce sont les répétitions de relations amoureuses abusives et toxiques qui m’ont amenées à faire des cauchemars de plus en plus précis et à prendre conscience avec l’aide de ma psy que ce que j’avais vécu dans l’enfance était abusif, incestuel, vicieux. Je pensais limite que ce que j’avais vécu n’était pas grave puisqu’il y a pire… La cuirasse que je me suis mise, le mode de fonctionnement traumatique m’a permis de survivre mais un moment, ça coince. La nuance que vous faites entre trauma et traumatisme est essentielle et même après 7 ans de thérapie, je ne l’avais pas comprise. Je ne comprenais pas ma psy quand elle me disait qu’essayer de me souvenir précisément du trauma m’emprisonne encore plus dedans. Il est de ma responsabilité aujourd’hui, à 47 ans, de sortir du mode de fonctionnement traumatique, cette bascule dont vous parlez et que j’appelais « bug » au cerveau pour continuer à avancer sur mon chemin de vie, plus de survie. Quand on est en mode « bug », on sent cette bascule, ce moment où l’adrénaline monte si fort que paf, on ne ressent plus rien. C’est souvent ce que je recherchais, ce bug pour ne pas ressentir les émotions qui arrivaient, dont j’avais peur et dont je ne savais pas quoi faire.
    Je fais moi-même de la méditation de pleine conscience (avec des vidéos guidées de Christophe André) depuis 7 mois et cela me fait du bien. J’ai arrêté l’antidépresseur que j’avais recommencé il y a 6 mois car là encore, c’est un piège pour ne pas ressentir (Je l’ai arrêté bien sûr sous la supervision de la psy). Je vais commencer dans 15 jours la Méthode de Libération des Cuirasses. Je constate au fil de mes lectures, des vidéos que tout se rejoint. Vos vidéos sont une belle explication des processus en oeuvre. Je tenais à vous remercier pour ce beau travail, riche, plein d’humilité et de bienveillance. Je sais que je suis sur le chemin de la guérison où a honte est encore très présente mais au moins, j’en ai conscience. Sur ce chemin de résilience, je trouve que la difficulté est de ne pas savoir vers quoi on va, qui on est: le mode de fonctionnement même toxique traumatique me donnait l’illusion d’une certaine sécurité puisque j’étais en territoire connu, d’où la difficulté à lâcher. Vous faites partie de ces guides que j’ai trouvé sur mon chemin et je tiens encore à vous remercier du fond du cœur pour votre apport dont vous ne mesurez probablement pas l’impact. Merci

Écrire un commentaire