Cyrinne.com | Activer la résilience: 2. Créer du sens
17403
post-template-default,single,single-post,postid-17403,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-9.1.2,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12,vc_responsive

Activer la résilience: 2. Créer du sens

14 Juil Activer la résilience: 2. Créer du sens

Selon Boris Cyrulnik, le célèbre psychiatre et psychanalyste spécialisé dans la thématique de la résilience, trois facteurs empêchent l’expression de la résilience et la guérison du traumatisme: (1) la honte, (2) le non-sens et (3) l’isolement.

Si la honte commence à s’atténuer dès lors que l’on ose s’ouvrir à l’écoute empathique des autres*, le non-sens est souvent plus difficile à surmonter.

Comment donner du sens aux drames, aux traumas ? Comment reprendre goût à la vie après l’horreur, l’inconcevable ou l’insupportable?

Je vous propose ma perspective dans cette nouvelle vidéo (cliquez sur l’image ci-dessus pour la visionner).

Merci de me laisser un commentaire ci-dessous pour que je connaisse vos propres découvertes de sens à travers votre chemin de résilience.

—————————————

* Voir la vidéo du 1er juillet 2017 Activer la résilience : 1. Quitter la honte

17 Commentaires
  • Nathalie
    Publié le 17:38h, 31 juillet Répondre

    Bien sûr, J’ai encore un long chemin à parcourir mais jj’ai le sentiment que cette Vidéo me fait faire un bon en avant, m’apporte la prise de conscience dont j’ai. besoin, de, comment je peux faire et penser autrement. Pour expliquer, : je ressens beaucoup de souffrances liées à la culpabilité, au sentiment de ne pas avoir suffisamment pris soin de ma mère avant et à l’approche de sa mort même si j’étais auprès d’elle.
    Immense regret de ne pas avoir pu ´forcer un peu, avec respect toutefois ses silences pour,, au delà des conversations du quotidien, échanger sur nos aspirations respectives, nos regrets, nos envies etc… sentiment de culpabilité d’autant plus fort qu’il est lié à une prise de conscience trop tardive. Merci infiniment !

  • samia
    Publié le 10:22h, 26 juillet Répondre

    encore merci cela prouve que nous seul avons la clé de notre réussite pour en sortir la plus grande difficulté est de rester conscient de tout cela et de mettre en place un vrai changement de vie qui soit sur sans sabotage et aussi d une très grande difficulté
    merci cyrinne!!!

  • Carole
    Publié le 03:38h, 21 juillet Répondre

    Bonjour Cyrinne,
    J’ai été fort touchée lors d’une autre vidéo de vos difficultés pour enfin oser diffuser vos enregistrements. Cela m’a beaucoup rassurée quant au fait qu’à Lyon on était obligé pour pouvoir y aller d’accepter d’être filmé et enregistré. Il m’a semblé tout à coup évident que si je ne m’exprimais pas bien, je n’allais pas être diffusée et que je pouvais faire confiance à l’équipe si je disais des « bêtises ».
    Votre vidéo sur la honte a été un grand déclic pour moi et j’espère avoir le plaisir de vous raconter cela de vive voix.
    Longue et belle vie!
    Carole

  • Lionel
    Publié le 13:56h, 20 juillet Répondre

    Bonjour Cyrinne, voici plus de quatre ans que je suis tes vidéos avec beaucoup d’intérêt tant leur pertinence corrobore l’évolution de mon réel. Ce dernier post ne fait pas exception et m’encourage à continuer à avancer en me libérant des stigmates négatifs qui se sont invités dans mon histoire depuis bien longtemps. Un grand merci pour ta générosité et pour la synthèse et la fluidité de ton travail.

  • Amandine
    Publié le 06:05h, 18 juillet Répondre

    Merci beaucoup pour cette vidéo très éclairante. Après vos autres vidéos sur le traumatisme je restais avec le sentiment que certaines personnes sont résilientes et pas moi -du moins pas assez à mon goût- car je ne voyais vraiment pas comment prendre le chemin de la croissance post traumatique. Je ne dis pas que c’est réglé en une vidéo, mais cela m’a beaucoup aidée à y voir plus clair et à voir que c’était POSSIBLE, voire même que c’était déjà en cours en fait! Et c’est déjà énorme. En suivant vos conseils, j’ai noté notamment mes réactions, mes faiblesses, au moment du/des traumas, analysé d’où venaient ces faiblesses qui m’ont fait tomber dans des « pièges » de personnes malveillantes. Et pour la première fois de ma vie, au lieu de me flageller moi-même parce que j’étais « trop faible » et pas capable de me protéger toute seule, je me suis rendu compte que je pouvais utiliser cette expérience pour combattre ce genre de situations, qui malheureusement, peuvent arriver n’importe quand n’importe où à n’importe qui. jusque-là je cherchais désespérément un endroit sécurisé à 100%, que je ne trouvais pas, car cela n’existe pas. Mais je me rends compte que la clé de la sécurité n’est pas l’endroit où on se trouve, ni les personnes avec qui on se trouve, encore moins la sécurité que promet la société, mais la confiance en moi-même. Et le renforcement de mes ressources mobilisables en cas de danger. Cela m’a permis de voir mes faiblesses, mais aussi mes forces, sur lesquelles je compte bien m’appuyer. Quant à réaliser ses rêves pour contribuer à un monde meilleur, j’avais perdu la foi depuis longtemps déjà face à des obstacles que je trouvais insurmontables. Mais vous m’avez si bien lancée, que j’espère bien reconsidérer cela vite! Merci infiniment.

  • Daniel
    Publié le 14:45h, 17 juillet Répondre

    Merci de cette vidéo. Après l’avoir suivie en entier, j’ai l’impression d’y retrouver des éléments (de lectures de vulgarisation en psychologie datant quelques années) se rapportant au top de la sublimation chez une personne adulte saine d’esprit : sur ce point, je ne cerne pas ce qui est particulier à une personne qui sort d’un traumatisme (j’ai un peu l’impression qu’il manque des éléments d’explications pour que ma compréhension de la distinction me satisfassent).
    Par ailleurs, le début de la vidéo m’a dérangé sur (de que j’ai compris) l’égalité des propos de diverses personnes ; pour moi, normalement, quand on est formé à la recherche, d’une part, on maitrise la bibliographie (l’état des connaissances) de sa spécialité, d’autre part on a un maximum de rigueur et prudence dans les raisonnements que l’on fait partager ; autrement dit, je ne considère pas qu’il s’agisse de propos quelconques, de même poids que n’importe quelle conversation de salon.

  • Jean-François
    Publié le 14:43h, 17 juillet Répondre

    Bonjour Cyrinne,

    Merci encore pour cette vidéo éclairante et inspirante.

    Je comprends et suis entièrment d’accord avec les principes et façons de faire évoquées. Intellectuellement je comprends très bien. Dans mon corps c’est tout autre chose.

    Comment réussir à créer du sens quand notre corps  »nous tient en otage » » en réagissant à certains contextes, interactions, événements ou comportments .dans notre environnement. Il y a dans mon cas une composante physique qui se manifeste et qui rend très difficile de mettre en pratique les notions et enseignements qui favorise la création de sens entre autre..

    Autrement dit je connais pas mal la théorie mais la mise en pratique est très ardue voire décourageante par moment..

    Merci à l’avance pour les prochaines vidéoséclairantes et inspirantes.

  • Thérèse
    Publié le 09:03h, 16 juillet Répondre

    Merci Cyrinne,
    J’apprécie toujours beaucoup vos vidéos. Celle ci ne fait pas exception , bien au contraire.

    .J’adhère tout à fait à votre façon de voir , votre philosophie.. De plus en plus je réfléchis à ces questions concernant le Temps Le fait que certains événements ne peuvent se « lire » que dans l »après coup et semblent avoir été provoqués par ce qui est arrivé.après. Cette forme de causalité ‘est une idée assez difficile à intégrer .Elle est pourtant précieuse car ce qui parait complètement absurde sur le coup, vient se placer dans notre histoire comme la pièce -peut-être précieuse- d’un puzzle et lui donner sa cohérence. Cela vaut la peine d’attendre la fin de l’histoire pour qu’on puisse dire: « grâce à cet accident de parcours, j’ai pu agir dans tel sens » .
    J’aime votre idée de c r é e r du sens. Vous me faites découvrir la différence avec l’idée de t r o u v e r le sens. Cela nous permet non pas de comprendre (nous ne le pourrons peut-être jamais ) mais d’agir au lieu de subir et de reprendre les rênes de notre propre vie.

    Il ne s’agit pas , bien sûr de glorifier la souffrance et encore moins de la rechercher , mais, une fois qu’elle est là, d’en faire quelque chose. Ce n’est pas toujours facile et je le sais car je me bats contre trois maladies chroniques depuis, pour l’une d’elles, l’enfance. J’ai 73 ans. Le fait d’être née durant la 2ème guerre mondiale est probablement la cause de ma mauvaise santé. Evidemment, je ne vais pas dire : »grâce à la guerre « !

    Merci pour votre générosité. Merci de partager avec nous votre savoir.

  • christiane
    Publié le 08:03h, 16 juillet Répondre

    Merci. Votre humilité est belle et précieuse. Vous êtes une des rares personnes que j’aimerais rencontrer, avec qui j’aurais envie de « travailler » , ou plutôt, d’explorer, dans ce cheminement quelque peu éprouvant ( qu’est-ce qui est éprouvé?…de quoi cela fait-il preuve ?…) tant physiquement qu’émotionnellement et spirituellement qui m’est proposé depuis bientôt 5 ans…ce qui est sans aucun doute le cas de très très nombreux êtres humains actuellement ! Pour autant, il demeure toujours le paradoxe, au moins apparent, de la solitude du cheminement….
    Merci , merci et remerci !

  • Isabelle
    Publié le 05:49h, 16 juillet Répondre

    Même si on ne comprend pas immédiatement le sens des événements qui nous arrivent, avoir la certitude absolue que tout a un sens au service de notre conscience, au service de notre évolution, enlève déjà 90% du poids des événements « traumatiques ». Je partage ton avis que le sens se révèle au fil du temps. Perso, je pratique le décodage des événements grâce à l’outil de la Bioanalogie de Jean-Philippe Brébion.

    Par exemple avoir des insomnies est une invitation de la Vie à s’éveiller à notre conscience.

    Autre exemple: la sclérose en plaque est une invitation de la Vie à cesser de s’obliger à rester à une place qui n’est pas la nôtre càd à cesser de jouer un rôle dans lequel on ne se reconnaît pas (ex: une femme de 40 ans qui décide de retourner vivre avec sa maman malade pour qu’elle ne soit pas seule. Cette femme s’oblige à ce rôle pour ne pas être jugée, critiquée par les autres).

    Merci Cyrinne pour ta générosité et de nous partager ta vision du traumatisme.

  • Marie-Antoinette Arnoux
    Publié le 03:44h, 16 juillet Répondre

    Marie-Antoinette

    Bonjour, Cyrinne ,

    si je suis « tombée » sur cette video ce matin , ce n’est pas par hasard (j’ai gardé des videos, étant prise par ailleurs, et surtout retardée par des soucis physiques :arthrose d’envergure, scoliose impressionnante, handicaps invalidants parfois) , mais ce matin, envie d’écouter cet entretien passionnant; je suis entrain de prendre conscience que je dois renoncer à vouloir tout comprendre , intellectuellement , comme :pourquoi j’ai ce handicap , , je veux en trouver les causes, , dans le passé , toutes ces recherches sont stériles , saturent mon cerveau, risques d’interprétations subjectives etc….. accepter de ne pas tout comprendre en cherchant dans le passé, mais, en premier lieu : VOIR LE MONDE TEL QU’IL EST, EN CE MOMENT, renoncer à vouloir tout expliquer (avec les risques de me tromper)

    me voir telle que je suis, en ce moment, , avec mes handicaps et …mes possibilités aussi ; premiers pas difficiles pour moi : ne pas me « rêver telle que je voudrais être , avec les mêmes possibilités que dans ma jeunesse (j’aurai bientôt 83 ans.

    dans votre video vous insistez beaucoup sur ce premier plan et je vous en remercie.

    Je commence à apercevoir d’autres projets, activités aptes à être mis en oeuvre avec mes possibilités du moment.

    Merci pour votre clarté dans vos « croyances », votre ouverture, et en même temps vos précisions.

    MERCI infiniment.

    Je vous souhaite une bonne continuation sur le chemin que vous me faîtes découvrir.

    Chaleureusement.

    Marie-Antoinette

  • patricia DM
    Publié le 02:33h, 16 juillet Répondre

    Bon jour Cyrinne,

    Même si je fais rarement des commentaires (je n’en éprouve pas le besoin et souvent n’en ai pas le temps) sache que j’apprécie toujours tes vidéos pleine de sagesse et de… sens 😉

    Je les reçois comme des cadeaux et t’en remercie chaleureusement.
    J’apprécie particulièrement ta simplicité, ton humilité, et ta proximité via ces capsules.
    Et je me réjouis de te rencontrer « en vrai » lors du rassemblement à Lyon en octobre (je suppose que tu y seras présente avec JJC)

    Coeurdialement,

    Patricia.

  • Sylvie
    Publié le 01:34h, 16 juillet Répondre

    Comme c’est bon de t’écouter surtout que cette semaine, j’étais aux prises avec mon « hamster », qui m’incitait à la honte et à l’isolement. Je pensais à toi et voilà que tu me gâtes avec cette vidéo sur « créer du sens », à un événement qui cause des traumatismes (conflit avec mes fils). C’est vrai que mon conte de fée est sous le choc, avec ce monde et toutes ces difficultés à traverser. J’avoue que celle-ci, je la considère injuste. Mais oui, elle me fait évoluer et j’accueille toutes ces émotions désagréables. Il y a des pas de fait, avec qui j’étais, avant le trauma et qui je suis, maintenant. Je pense souvent à cela, qu’elle pourrait être ma contribution pour le monde. Pour l’instant, je rends grâce, j’écris où je dis des paroles d’appréciation aux personnes de mon entourage et je souris aux gens que je rencontre. J’ai établi mes valeurs et je les respecte.
    Cyrinne, tu es une source de bonté, de nous offrir ton enseignement. Reçois toute ma gratitude.

  • chahrazed
    Publié le 19:03h, 15 juillet Répondre

    Vous êtes tellement formidable,dans cette vidéo vous vous adressez à moi,presque 3 ans que j’ai vécu un stress post-traumatique donc souffrance psychologique extrême, je ne voulais pas passer par la case chimique pour m’en sortir mais j’ai fais un travail immense sur moi-même.
    .Aujourd’hui j’en suis à une naissance engendrée par une détresse émotionnelle écrasante depuis mon enfance et là à 49 ans je me sens libérée pas tout à fait mais presque ,j’aurais voulu vous raconter tout parce que vous comprendrez le processus d’évolution que je traverse mieux que quiconque,certes cette anxiété diffuse est toujours ĺà mais moins imposante comme si le fait d’en avoir pris conscience la atténué.
    Merci de tout coeur

  • MARTINE
    Publié le 17:35h, 15 juillet Répondre

    MARTINE
    Bonjour Cyrinne,
    C’est toujours avec un grand intérêt que j’écoute les vidéos, celle de ce soir, est encore d’une très grande qualité. Je suis toujours en résilience de mon traumatisme, j’ai analysé quelque peu sur la honte, effectivement elle peut-être une réflexion, le sens, ça dépend dans quel trauma on se trouve, je me suis jamais penchée sur le sujet du sens, et pourquoi ça nous arrive, ce qui nous arrive on doit le prendre pour quelque chose qui n’est pas anodin, qui nous arrive sans que l’on demande, et la souffrance est là, la résilience, à du mal à s’en aller et pourtant j’attend la croissance, ce labyrinthe à défaire.
    Le sens POURQUOI, et peut-être est-ce la clé de la croissance, je crois que vous avez bien dit, j’ai une personne habilitée, mais j’avoue que j’avance pas ou peu ? J’ai aimé ce que vous dit et que vous exprimez si bien, on n’a pas à ce punir, il faut s’en sortir difficile à explorer, le traumatisme,, vous parlez de la jeune femme qui n’arrivait pas à trouver un ami sérieux sincère, et que maintenant en venant vous voir, elle a pu comprendre et COMMUNIQUER, je suis entièrement d’accord sur ce mot, la communication, sincère, ce que l’on voit ce sont que des mobiles, on à l’impression de parler dans le vide dans des choses où l’on a envie de dire et de se faire comprendre. Il faut trouver un sens à la vie, à notre vie, et trouver aussi que la vie est belle, il faut pas chercher l’idéale, aimer, comprendre, communiquer, mais vous Cryninne Docteur en Neuroscience, vous nous êtres une personne qui nous aider.
    MERCI ça à DU SENS à ma vie
    CORDIALEMENT

  • Chris
    Publié le 16:01h, 15 juillet Répondre

    Désolée de t’avoir importunée pour rien. J’ai trouvé le lien pour l’interview qui m’a passionné….ça fait plaisir de voir des médecins penser ainsi !

  • Chris
    Publié le 15:44h, 15 juillet Répondre

    Merci Cyrinne pour cette vidéo très claire comme à ton habitude et surtout pleine d’espoir.
    J’avoue qu’elle tombe à pic dans mon histoire de vie.
    Je comprends mieux ce qui m’est arrivé et comment m’en sortir.
    Un grand merci !
    J’aurais aimé visionner l’interview dont tu parles dans la vidéo mais je ne l’ai pas trouvée.
    Je sais que tu né réponds pas aux commentaires mais peut-être pourrais-tu préciser la façon de faire dans ta prochaine vidéo ?
    Merci d’avoir persisté devant la caméra car tu es parfaitement au point, très douce, très naturelle et tu sembles dorénavant très à l’aise… pour notre plus grand bien.
    Merci pour ta façon de contribuer ainsi à un monde meilleur et crois-moi ton engagement est incontestablement au service d’un monde meilleur.

Écrire un commentaire